dimanche 30 juin 2013

Nos étoiles contraires - John Green

 
Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.
 
 
Nos étoiles contraires - John Green
Nathan - 323 pages

 COUP DE COEUR
 
Nos étoiles contraires fait partie des livres qui ne laissent pas indemne qui vous prennent aux tripes. J'ai eu envie de créer une catégorie bien à part pour ces livres qui me marquent car c'est bien plus qu'un coup de cœur.
Il y des histoires qui me laissent abasourdie pendant un moment. Le genre de livre qu'on aimerait qu'il soit le dernier de notre vie à avoir lu tellement c'est une merveilleuse découverte. Ces histoires qui frappent soudainement sans que l'on s'y attende et dont la lumière nous illumine juste avant que leur bruit résonne en nous. Le genre d'histoire qu'on ne peut oublier car elle nous laisse une cicatrice profonde qui ne peut s'effacer avec le temps.
Ce livre est un véritable coup de foudre.
 
 
Hazel a un cancer et se sait condamné, elle fait partie d'un groupe de soutien dans lequel elle s'ennuie. Mais un jour Augustus, un jeune homme en rémission accompagne Isaac un ami à une réunion du groupe. Ils vont se lier d'amitié par le biais de la littérature, notamment grâce au livre  d'un auteur qui a cessé d'écrire et dont il veulent absolument connaître la suite.

Je n'ai eu aucun mal à me plonger dans le livre, le thème abordé est difficile mais je n'ai pas mis de distance entre les personnages et moi. Je voulais ressentir chacune de leurs émotions pour savoir ce qu'ils ressentaient vraiment. Contrairement à l'impression que j'avais eu pour Le théorème des Katherine, dans ce roman elles ne tombent pas dans l'excès.
Dans la seconde partie, l'histoire prend une tournure que je n'avais pas du tout soupçonné. La surprise a été totale malgré des indices disséminés tout au long du roman.
 
 
L'auteur ne représente pas ses personnages pour que l'on ait pitié d'eux mais pour que l'on comprennent ce qu'ils vivent.
L'histoire est racontée du point de vue de Hazel, se sachant condamnée, elle veut épargner un maximum de personnes de sa future mort. Elle refuse de s'attacher ou que quelqu'un s'attache à elle alors qu'elle que sa mort est proche. Tout au long du livre elle va se lier d'amitié avec Augustus et elle va tout faire pour taire les sentiments qui sommeillent en elle. Etrangement, il m'arrivait d'oublier que Hazel était très malade. Ca n'est que lorsqu'elle avait des difficultés à respirer ou d'autres problèmes liés au cancer que je m'en souvenais. Pour moi Hazel et son cancer étaient deux choses complétement différentes, c'était un boulet qu'elle traînait à son pied comme elle traîne sa bouteille d'oxygène derrière elle.
En ce qui concerne Augustus, il a également été d'un cancer dont il a guéri mais qui a mis en l'air sa future carrière de footballer professionnel. J'ai d'abord été méfiante, j'avais du mal à savoir ce qu'il voulait vraiment. Puis je me suis attachée à lui, c'est un personnage fort qui ne se laisse pas facilement abattre et qui a un grand cœur. A la fin, il y a un côté qui m'a vraiment déplu chez lui, je l'ai trouvé prétentieux et ça m'a laissé un goût assez amer à la fin de ma lecture.
Isaac est le meilleur ami d'Augustus, il est atteint lui aussi d'un cancer et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il va devoir faire face à de terribles épreuves. Il est bien entouré grâce à Augustus et Hazel qui le soutiendront.
John Green a créé un personnage un peu particulier qui a pour nom "Une Impériale Affliction". C'est en réalité le titre du livre (fictif) qui réunit Hazel et Augustus et je regrette que ce livre n'existe pas car il a l'air vraiment génial.

 
Le cancer est une maladie horrible mais ces malades connaissent malgré tout une vie semblable à n'importe quel ado. La seule différence est qu'ils avancent au jour le jour car quelque uns savent que leur mort est proche.
On s'attache forcément à eux mais pas pour les raisons qu'on pourrait croire. Ils nous touchent pas leur maturité, leur force mais aussi leurs faiblesse face à un combat parfois perdu d'avance.
Contrairement à ce que l'on pourrait pensé, ce roman est une ode à la vie.

Les + :
Des personnages forts, un retournement de situation inattendue, des émotions retranscrites avec brio.

Les - :
Augustus qui m'a légèrement déçue vers la fin du livre (mais un défaut vite oublié).
 
 
Lecture Commune organisée par Dorothzz sur Livraddict avec:


 

4 commentaires:

  1. Ce livre est tout simplement magnifique, c'est un gros coup de coeur!!

    RépondreSupprimer
  2. Pour moi pas de retournement de situation, je m'y attendais depuis le début de ma lecture, mais ça ne m'a pas empêché d'adorer ce roman ^^

    RépondreSupprimer
  3. Bienvenue au club des déçues que UIA n'existe pas ! On va demander à John Green de l'écrire^^ (ensuite il aura le droit de ne pas partir se saouler aux Pays-Bas s'il ne le souhaite pas)

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement un livre tout en émotion... J'aime beaucoup ta formule "ode à la vie". Un plaisir en tout cas de ta participation à cette Lecture commune !

    RépondreSupprimer